La vérité sur les arguments invoqués pour justifier la destruction du Grand Ecran Italie

Ce qu'on vous cache

mars 25, 2007 dans Dossier, Pouvoirs publics

Un Argumentaire en 13 points :

 

 

·         Argument N° 1 - Le Grand Écran subit la concurrence des multiplexes :

 

Selon la version officielle, l’activité du Grand Écran Italie, avec ses 650 places, serait incompatible avec celle du MK2 Bibliothèque et sa grande salle de 500 places. Or les mêmes raisons avaient été avancées par le groupe EuroPalaces pour justifier la fermeture du Kinopanorama en 2002, qui ne devait pas faire d’ombre au Grand Écran Italie, puis celle du Gaumont Gobelins Rodin en 2003, au prétexte d’une offre suffisante dans le quartier !

 

Effets pervers de cette logique : la raréfaction des salles menace désormais les autres salles du quartier.

 

 Ú

 

·          Argument N° 2 - Le Grand Écran a connu une baisse de fréquentation de 50% en 2004 : 

Un des principaux arguments avancés par EuroPalaces (fusion PATHE-GAUMONT) pour rayer le Grand Écran Italie de la carte, repris par le Ministère de la Culture et la Mairie de Paris, serait « une baisse de fréquentation de 50 % en 2004 ». Or les chiffres montrent qu’en 2004 le Grand Écran Italie, classé au 13ème rang des 90 salles parisiennes, se maintenait régulièrement dans le peloton de tête des salles Paris-Périphérie. Les propres chiffres d’EuroPalaces joints au dossier CDEC font apparaître une baisse de seulement 4% en 2004 (voir : Motivation de la demande) !

D’après les chiffres comparatifs 2004, si on appliquait aux autres salles les mêmes critères utilisés pour justifier la destruction du Gaumont Grand Écran, il faudrait également raser le Gaumont-Opéra, le MK2 Nation, le Parnassien, le MK2 Bibliothèque, l’UGC Triomphe, l’UGC Convention, le Gaumont Alésia, le Gaumont Gobelins, le Mistral, le Bretagne et le Miramar.

D’après l’évolution de la fréquentation entre 1993 et 2005, même si depuis 2004 le nombre d’entrées passe sous le seuil de fréquentation, les recettes se situent encore au-dessus du seuil de rentabilité. Les chiffres font également ressortir le potentiel de la salle si elle bénéficiait d’une exploitation conforme à sa spécificité, au lieu d’être gérée comme n’importe quel cinéma de quartier.

Dans son communiqué de presse du 22/12/05, EuroPalaces fait valoir que le Gaumont Convention a réalisé plus de 425 000 entrées en 2004 (avec 1 081 fauteuils répartis sur 6 salles), soit une moyenne de 393 entrées/fauteuils. Or selon le Film Français, le Gaumont Grand Écran a totalisé 301 000 entrées en 2004 (pour 848 fauteuils sur 3 salles), ce qui équivaut à 355 entrées/fauteuil, soit un ratio identique à celui du Gaumont-Opéra, et supérieur au MK2 Bibliothèque sur la même période (280). Ces résultats confirment que malgré une médiocre programmation, le Grand Ecran jusqu'à sa fermeture prématurée restait une des salles les plus fréquentées de la capitale.

Ú

 

·          Argument N° 3 - Une chute de 12% en 2005, et un chiffre d'affaires 2005 inférieur à 2004 :

Or, d’après l’évolution 2004-2005 rapportée dans Le Film Français, la baisse de fréquentation du Grand Écran en 2005  (- 12%) se situe dans la moyenne nationale, et apparaît souvent même inférieure à celle des autres salles Paris-Périphérie :

Paramount Opéra : -11%, Rex : -20%, Gaumont Parnasse : -18%, Gaumont Aquaboulevard : -10%, Gaumont Grand Ecran Italie : - 12% ; Gaumont-Gobelins : -17%, UGC Gobelins : -11%, UGC Bercy : -11% ; UGC Lyon Bastille : -14%, UGC George V : -14%, UGC Maillot : -10%, UGC La Défense : -14%, Pathé Quai d’Ivry : -14%, Gaumont Disney Village : -24%, UGC Noisy le Grand : -21%, UGC Rosny : -11%, UGC Vélizy : -19%, Pathé Cyrano Versailles : -21%, Belle-Epine : -13%.

On peut par ailleurs s’interroger sur cette fermeture, maintenue malgré la remontée des recettes depuis plusieurs mois et les records d’affluence enregistrés en décembre 2005 (+ 191 %, meilleur score de France). Sans compter le classement de la salle en tête du groupe pour la qualité de ses services.

Selon la mairie, les démarches auprès de repreneurs potentiels n’ont pu aboutir en raison de la baisse de fréquentation. Or ce sont justement les formidables potentialités de la salle qui ont motivé un candidat à la reprise du fond de commerce, dont le dossier a été présenté - puis rapidement écarté - à la Commission Départementale d’Équipement Commercial (CDEC) du 7/2/06 (voir Argument n° 6).

D’après les salariés d’EuroPalaces le Grand Écran n’a pas bénéficié des attentions qu’une salle mérite lorsqu’elle est en difficulté… et aucun effort n’a été fourni par la direction pour améliorer sa programmation et sa visibilité. Cette situation a été aggravée par l’abandon depuis 2001 de la plupart des dispositions du Cahier des Charges propres à valoriser la salle*.

Le grand argument consistant à nier toute rentabilité du complexe ne tient donc pas (voir l'interview de François Joannis, responsable du cinéma L’Escurial, par Les Cinéastes : "Il y a pas mal de cinémas qui ont fermé récemment : Le Grand Pavois dans le 15ème, dans ce quartier il y a le Grand écran et le Gaumont Fauvette, ce n’est pas forcément parce qu’ils n’étaient pas rentables, mais parce qu’ils n’étaient juste pas assez rentables !"

 

* Voir : "Dérives observées dans la gestion du GEI depuis la fusion des salles PATHE-GAUMONT au sein du consortium EUROPALACES en 2001"

 

Ú

 

·         Argument N° 4 - Un « déficit » inexpliqué :

Le Ministère de la Culture va jusqu’à invoquer une situation critique pour cet établissement, sans tenir compte de la santé financière florissante affichée par la société exploitante (voir : "Europalaces, des bénéfices en constante progression" !

Par ailleurs, aucun travaux ni investissement dans la salle ne vient justifier l’ampleur du déficit imputé au Grand Écran Italie.

Ú

 

·          Argument N° 5 - Gaumont ne serait plus lié par le cahier des charges :

Toujours selon la version officielle, l'obligation pour Gaumont d'exploiter la salle expirerait en novembre 2006. Or d'après l'article 11, la durée d'exploitation du cahier des charges court pendant 15 ans à compter de l'achèvement du bâtiment, soit d'après le certificat de conformité, au moins jusqu'au 12 mai 2007.

Gaumont a donc cessé toute exploitation près d'un an et demi avant la date fixée par le Conseil de Paris, ce dont ni la CDEC ni les services de l'urbanisme n'ont tenu compte pour accorder leurs autorisations (susceptibles de devenir caduques en l'absence d'agrément de la Ville de Paris délivré durant la période de validité du cahier des charges).

 

Ú

 

·          Argument N° 6 - Il n’y a pas de repreneur :

D’après la mairie, il n'y aurait aucun investisseur intéressé à la reprise du Grand Écran ! Or aucun appel d'offres n'a été lancé préalablement à la promesse de vente.  Et en octobre 2005 la candidature d’un exploitant indépendant - qui présentait de sérieuses garanties bancaires - s’est heurtée à une fin de non-recevoir de la part d’EuroPalaces, au prétexte que la salle était "déjà vendue" (voir Argument n° 3) !

Idem pour les repreneurs potentiels à la recherche de salles de spectacle sur Paris, fortement intéressés par les remarquables potentialités du Grand Ecran, et systématiquement découragés de maintenir leur candidature. Preuve supplémentaire qu’en dépit des demandes renouvelées des élus et associations, rien n'a été entrepris auprès des investisseurs tant publics que privés pour monter un dossier de reprise !

L'existence même d'une promesse de vente conclue dès octobre 2004 au profit de  la société TEYCPAC, mentionnée à la demande de permis de construire, démontre une fois de plus qu'aucune chance n’a été laissée au Grand Écran, dont la destruction programmée de longue date a été maintenue malgré ses bonnes performances.

 

Ú

 

·         Argument N° 7 - Le Grand Écran relève du seul domaine privé :

C’est compter sans la Convention liant Gaumont à la Ville de Paris, et les obligations du Cahier des charges « trouvant leur cause dans le caractère "d’équipement culturel" du complexe audiovisuel, qui doit participer à l’animation du quartier et de l’arrondissement, caractère en considération duquel le prix du terrain est déterminé ». (Article 8 du Cahier des charges)

Ces obligations sont considérées comme « essentielles et déterminantes pour la VILLE DE PARIS, s’intègrent étroitement à la politique de la ville pour laquelle la création, l’existence et le maintien de ce type d’équipement est essentiel… et constituent un intérêt légitime et sérieux comme étant par nature des motifs d’intérêt général. »

Que la construction du GEI ait été présentée comme grand chantier de l’état et réalisation de la municipalité confirme par ailleurs son indéniable intérêt collectif. D'autant que la société exploitante (Gaumont) s’était vue concéder un prix préférentiel du terrain par la Ville de Paris, en contrepartie d’engagements non respectés. Le citoyen contribuable peut donc légitimement s’interroger sur cette opération commerciale, en l’absence de toute recherche visant à pérenniser l’activité de l'équipement culturel.

Ú

 

·         Argument N° 8 - La salle ne peut prétendre à des aides publiques :

Le dossier du candidat-repreneur, désireux de faire jouer pleinement au Grand Écran son rôle de pôle d’animation pour le quartier, mentionne son intention de demander son classement « Art & Essai » en prévision de la programmation des deux petites salles. Pourquoi une telle mesure, qui bénéficie déjà au MK2 Quai de Seine (Paris 19°), ne serait-elle pas applicable au Grand Écran Italie ?

Par ailleurs, sachant que l'ensemble des entreprises françaises perçoit jusqu'à 65 milliards d'euros d'aides publiques (soit 2 fois le budget de la défense et plus que celui de l'éducation), pourquoi le repreneur culturel qui relancerait l'activité du Grand Écran au profit de la collectivité ne profiterait-il pas d'une de ces innombrables formes d'aides ? Sans compter qu'il existe des subventions d'équipement pour les salles de spectacle.

 

Ú

 

·         Argument N° 9 - Le quartier comporte suffisamment de salles :

Toujours selon la version officielle, le quartier comporte un nombre suffisant d’écrans, sans qu’il soit jamais fait mention des atouts exceptionnels de cette salle unique en Europe, conçue aussi bien pour le spectacle vivant, les émissions et retransmissions télévisuelles, les concerts, congrès, etc

Or le Grand Écran, par sa position centrale au cœur de l’Ile-de-France, doté d’un parking souterrain et entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite, constitue non seulement une précieuse salle de proximité pour les riverains, mais un pôle d’attraction de choix pour les parisiens et les franciliens, parfaitement desservi par les transports urbains, proche des gares et du périphérique.

L’ouverture du MK2 Bibliothèque à la périphérie-est de l’arrondissement est donc loin de compenser la perte du complexe audiovisuel, succédant déjà à de nombreuses fermetures dans le quartier depuis 30 ans : le Galaxie (ancien Fontainebleau), l’Orient-Ciné, le Paramount-Gobelins, le Paramount-Galaxie (4 salles), le Gaumont Gobelins Rodin, et le Barbizon (Silverscreens).

Situation admise par des élus de tous bords, qui reconnaissent le rôle central de la salle pour le 13ème, et le déficit en lieux culturels d’un des arrondissements les plus peuplés et les mieux desservis de la capitale, qui régresse à la 15ème place (sur 20) pour l'offre culturelle depuis la fermeture du Grand Ecran.

Ú

 

·          Argument N° 10 - Les spectateurs préfèrent changer de quartier :

On constate que c’est à l’inverse la pénurie de salles qui pousse les cinéphiles à délaisser le secteur (Voir : Journal du 13ème - Avril 06 : "Quand une salle ferme, les spectateurs changent de quartier").

Plus grave encore : depuis la fermeture par EuroPalaces du Gaumont Grand Écran Italie en 2006, succédant déjà à celle du Gaumont Gobelins Rodin en 2003 (au prétexte d’une offre cinématographique suffisamment riche dans le quartier !), il n’y a désormais plus assez de salles autour de la Place d’Italie pour faire face aux sorties de films. A terme, ce sont tous les cinémas du quartier qui risquent de disparaître.

Ú

 

·        Argument N° 11 - La salle ne serait pas "aux normes" :

Vérification faite, d’importants travaux de remise aux normes de sécurité (détection incendie, désenfumage…) avaient été effectués moins de deux ans avant la fermeture.

 

Ú

 

·         Argument N° 12 - L’ouverture des enseignes « Habitat » et « H&M » rééquilibrerait le Centre Commercial Italie2 :

En 2006  le Centre Commercial Italie 2 (place d’Italie) comportait 50 magasins sur 125 dédiés, en tout ou en partie, au textile. Or depuis l’installation de nouvelles boutiques consacrées au prêt-à-porter, à la lingerie et à la mode enfant, le plafond maximal de 39% à ne pas dépasser selon les normes des centres commerciaux (Le Parisien - Déc.06) risque d'être déjà franchi avant toute implantation d'H&M (voir projet Hammerson). Situation qui pourrait rendre caduque la décision de la CDEC du 22 juin 2006.

Beaucoup de riverains se plaignent par ailleurs de la surabondance de boutiques de vêtements dans le centre commercial, dont certaines ont déjà supplanté une librairie très appréciée (Flammarion) et une superbe brasserie à l’ancienne avec salons de réception (Le Rozès), qui manquent à présent au quartier.

De plus, il est loin d’être prouvé que le remplacement d’un pôle d'animation de l’envergure du Grand Écran par des enseignes commerciales, déjà accessibles à quelques stations de métro, apporte quoi que ce soit au quartier, et constitue un bon choix économique à long terme pour l’arrondissement. Etrange politique à l’heure où la plupart des centres commerciaux se dotent d’équipements cinématographiques susceptibles de drainer un surcroît de clientèle !

Enfin aucune étude n'a été faite sur l'impact négatif (circulation et pollution) que risque d’entraîner l'afflux quotidien de véhicules supplémentaires dans le quartier (camions de livraisons et voitures) suite à l'installation d'une grande surface dédiée à l'équipement de la maison.

 

Ú

 

·         Argument N° 13 - De piètres compensations, des promesses non tenues et des missions trahies :

La Mairie de Paris fait valoir dans son communiqué du 2 janvier 2006 que « la société EuroPalaces prévoit, dès fin janvier 2006, de mener des travaux d’amélioration des salles du cinéma Gaumont Gobelins Fauvettes ». Or à ce jour, à part un vague toilettage de la façade, ces salles vétustes, et qui ne sont même pas aux normes, n’ont bénéficié d’aucune rénovation. Des rumeurs courent même sur leur fermeture programmée !

Quant à « l’hébergement des collections de la Fondation Pathé qui sera ouverte aux chercheurs et au public au Gaumont Gobelins Rodin » annoncé par Serge Blisko depuis mai 2005, ce projet, négocié avec la Ville de Paris en contrepartie de la cession d'activité du Gaumont Grand Ecran Italie, sera réservé principalement à un noyau de spécialistes. Or ce musée du cinéma ne remplacera jamais une salle telle que le Grand Écran, ayant vocation à rassembler un large public populaire venant de toute l'Ile-de-France et au-delà (Voir : "Un marché de dupes !").

Enfin l’abandon du Grand Écran Italie à la loi du marché par nos représentants élus du peuple contredit les objectifs de la municipalité parisienne de favoriser le cinéma en tant que « facteur de cohésion et d’émulation », l’engagement public du maire du 13ème en faveur de la salle en février 2005, les déclarations du président de la République sur l’exception culturelle aux Rencontres Européennes de la Culture en mai 2005, ainsi que les missions des pouvoirs publics en matière de culture et de patrimoine.

trois Responses to "La vérité sur les arguments invoqués pour justifier la destruction du Grand Ecran Italie"

  1. Antoine
    Antoine on 15-04-’07 14:39

    Un argumentaire qui parait imparable, et qui est édifiant !
    Il est clair que le Grand Ecran a complètement été sabordé par les propriétaires… Cette salle pouvait accueillir aussi bien d’autres manifestations que du cinéma : festivals, concerts, conférences, one man show… Avec une telle infrastructure, aussi bien équipée, on ne comprend pas comment on peut avancer l’argument de non rentabilité : cela signe uniquement soit l’incompétence des gestionnaires, soit leur volonter de couler le navire !

  2. BENKEL
    BENKEL on 08-01-’09 14:39

    J’ai été très surprise et déçue par la fermeture du cinéma Grand Ecran, dont j‘étais une fidèle spectatrice. Je trouve que cette salle aurait été parfaite pour la retransmission en direct du Métropolitan Opéra de New York. En effet ces retransmissions profitent actuellement au Ciméma Gaumont Champs-Elisées “Marignan” et rencontre un grand succès auprès du public (pour avoir une place il faut réserver au moins 4 mois à l’avance).

    Ce que je tiens à préciser c’est que le public est demandeur de différentes manifestations : concerts, festival, théâtre, opéra, etc… et que le Grand Ecran est le lieu idéal pour cela, car il est facilement accessible (métro, bus)

    Depuis le réménagement de la Butte au Cailles, ce quartier est très fréquenté pour ces divers restaurants et donc le Grand Ecran aurait pu profiter de cette fréquentation (une soirée cinéma ou spectacle suivie d’un restaurant entre amis).

    Cette salle offrait de grandes possibilités ouvert à un large public.

    Je ne comprends pas l’indifférence des pouvoirs publics devant l’attente de chacun.

    Jbe

  3. Corinne
    Corinne on 20-05-’11 23:07

    Cette fermeture est proprement scandaleuse. Cette magnifique salle, que je regrette, pourrait offrir des possibilités multiples aussi bien pour le cinéma que pour le spectacle vivant ou même pourquoi pas des conférences et colloques.
    Je ne suis pas certaine d’ailleurs de la viabilité économique de boutiques textiles. Les projets de centres commerciaux se multiplient dans le 13e alors que l’arrondissement manque toujours cruellement de lieux culturels.

(optional field)
(optional field)
Le spam est du courrier ou des commentaires non sollicités, postés automatiquement par des programmes informatiques afin de faire la promotion de services ou pour nuire au site...
Retenir les informations personnelles ?
Précision : Toutes les balises HTML sauf <b> et <i> seront supprimées de votre commentaire. Vous pouvez créer des liens juste en entrant l'URL ou l'adresse email.